eglise-cap-malheureux-ile-maurice

Les villages mauriciens ont souvent des noms très originaux, qui à eux seuls révèlent le pittoresque de l’île. Mais Cap Malheureux doit sûrement le sien aux nombreux naufrages qui eurent lieu le long de ses côtes. À moins qu’il ne rappelle l’an 1810, quand les troupes britanniques débarquèrent et mirent fin à la colonisation française.

Symbolisée par son église au toit rouge à quelques mètres de la baie, c’est ici que l’on vient le dimanche écouter la messe. La vue sur l’îlot de Coin de Mire est imprenable, et celle sur le lagon n’a rien à lui envier. Cap Malheureux n’est qu’à trois kilomètres de Pereybère, organiser une petite excursion est donc aisé. Prenez la route pour découvrir de nouveaux paysages : celle qui y mène est en effet beaucoup plus découpée et rocheuse, les petites criques remplacent les plages de sable. Plus loin, en rentrant vers l’intérieur des terres, on découvre les champs de canne à sucre si typiques de l’île. Le lieu est certes petit, mais recèle d’une atmosphère unique.